Daheshville Forums  

Go Back   Daheshville Forums > Daheshville France > Mémorial > Monument aux disparus

Notices

Reply
 
Thread Tools Display Modes
  #1  
Old 08-28-2009, 02:38 PM
Astrid's Avatar
Astrid Astrid est déconnecté
Member
 
Join Date: Jun 2006
Posts: 55
Default Extrait du Journal de Magda Haddad

Traduction du lien suivant : http://www.daheshville.com/forum/sho...31&postcount=1

Extraits des pages du journal intime de Magda Haddad ...

Magda Haddad, martyre Daheshiste, nous a laissé un journal rédigé en français. La Société de Publication Daheshiste a publié un livre (En Arabe) présentant un extrait de ce journal.

Nous sommes la nuit du 9 septembre 1944. Le Docteur Dahesh (si vous le souhaitez, vous pouvez également consulter “Innocent en Chaines-les Notes” - http://www.daheshville.com/forum/sho...31&postcount=1) est conduit, selon sa requête, à la résidence des Haddad, et ce dans le but de voir sa sœur Antoinette.

Bien entendu, ni Antoinette ni la famille Haddad ne savaient ce qui les attendait, pas plus que Le Docteur Dahesh d’ailleurs. 


(Le récit qui suit est basé sur les propres mots de par Magda) 


L’HORRIBLE BATAILLE DES ESCALIERS

Le samedi 9 Septembre 1944, entre 21h30 et 22h00, quelqu’un frappa à la porte.

Magda se dépêcha d’aller voir qui c’était. Du fait que la porte d’entrée se trouvait plusieurs étages plus bas, elle (c’est ainsi que l’on procédait dans la famille des Haddad) pencha la tête au travers la fenêtre la plus haute et jeta un coup d’œil en bas afin de savoir qui c’était.

- “ Que désirez-vous?” Demanda-t-elle.

L’une des personnes répondit:

- « Nous voulons parler à Antoinette, la sœur de Dahesh. Il s’agit d’une affaire urgente !»


Magda n’ouvrit pas la porte et répondit:

- « Antoinette n’est pas là ! »

Ce qui mit fin à la conversation.

Quelques minutes s’écoulèrent et il y eu à nouveau des coups sur la porte.

Cette fois, Magda et Antoinette regardèrent toutes les deux par la fenêtre et demandèrent

- « Qui est-ce ? ».

Et une voix familière répondit:

- « C’est moi, Docteur Dahesh. »

Et aussitôt, elles virent Le Docteur Dahesh entre deux représentants de la Loi. Il dit :

- « Descends, Antoinette, j’ai besoin de te parler. »

Magda sentit qu’un danger menaçait Le Prophète, alors elle enleva ses chaussures et descendit les escaliers pieds nus, suivie par Antoinette et sa mère (Mme Marie Haddad). Elles atteignirent le rez-de-chaussée et Antoinette bondit littéralement sur son frère afin de le serrer dans ses bras alors que Magda lui prit la main et l’embrassa.

Et le Docteur Dahesh fit un signe indiquant qu’il devait échapper aux officiers. Magda comprit son intention et afin de lui donner l’opportunité de grimper les escaliers, elle bondit sur l’officier dénommé Muhammad Ali Fayad et utilisant toute la force qu’elle pouvait rassembler, elle l’empêcha de bloquer la porte d’entrée alors qu’Antoinette faisait de son mieux pour libérer son frère des griffes de l’autre officier.

Muhammad Ali Fayad la menaça avec son revolver et lui cria:

-« Laissez-moi passer ou je vous tire dessus! »

-« Allez-y ! » rétorqua Madga .



De ce fait, Fayad tira en signe d’avertissement, des coups de feu en l’air afin de l’effrayer, et plusieurs officiers de police entrèrent précipitamment par la porte, entraînant Le Docteur en bas des escaliers avec leurs mains et leurs pieds, tout en brandissant leurs revolvers, mais ceci n’empêcha pas Magda de s’agripper au Prophète. Elle le maintint contre sa poitrine aussi fort qu’elle le put et hurla:

- « Vous ne l’aurez pas tant que je suis vivante ! »
Lui et Magda, formant un seul bloc, furent trainés en bas des escaliers, une marche après l’autre, puis tout le long du trottoir où elle se leva pour leur résister. Il fallu six d’entre eux pour réussir à la séparer du Prophète, après lui avoir assené plusieurs coups.


Et elle tenta de monter à l’intérieur de la voiture dans laquelle ils jetèrent Le Prophète. Mais ils la renversèrent sur le sol, et la voiture démarra, et Magda se releva et regarda autour d’elle et elle vit la rue pleine d’officiers de police et de membres de la milice des Phalanges et d’autres. Et elle les insulta en pleine face.

Madga et la sœur du prophète coururent nus pieds dans la rue. Elles grimpèrent dans une voiture après avoir promis au conducteur de le rémunérer et elles se dirigèrent vers le "Saraay". 



Une fois là-bas, Madga sortit de la voiture et demanda: 


-"Où sont les officiers de police?"

Quelques policiers s’approchèrent en ricanant et Magda dit :


- "Ils sont venus cette nuit, ils ont emmené Le Docteur Dahesh avec l’intention de le tuer et s’il lui arrive malheur, 15 personnes responsables de cette situation mourront demain. 15 Daheshistes les tueront. Les Daheshistes n’ont pas peur de la mort! Alors, allez prévenir ceux qui sont concernés que Bechara El Khoury sera le premier sur la liste ! "
Et Madga et Antoinette retournèrent à la voiture et se dirigèrent vers la “Prison des sables”.



Sur le chemin de la prison, elles s’arrêtèrent à la résidence du Docteur. Magda demanda au conducteur de garer la voiture, son intention étant de prendre - au moins - un couteau dans la cuisine. Antoinette et elle sortirent de la voiture et trouvèrent la résidence sous haute sécurité.

Un groupe de policiers surveillaient l’endroit et ils ne les laissèrent pas s’approcher de la porte. Cependant, après beaucoup de persévérance, elles purent entrer dans la résidence. Magda courut dans la cuisine et là, elle trouva un vieil outil tranchant qu’elle dissimula.

Les soldats tentèrent de les empêcher de reprendre dans la voiture. C’est alors qu’Antoinette se mit à crier, à hurler, pendant que Madga les insultait et dénonçait leurs leaders meurtriers et elle menaça les membres du gouvernement, et Bechara El Khoury, ainsi que le traite Muhammad Ali Fayad. 



Les soldats se mirent à frapper Madga, ensuite ils les conduisirent, elle et Antoinette - avec la voiture qui les avait amenées jusque là – au poste de Police division de "Basta".



Et là, ils sortirent alors que Magda protestait avec force contre l’injustice et la persécution, jurant de se venger. Une foule de gens se rassembla et —devant eux — Madga se mit à maudire Bechara El Khoury et Laure disant qu’elle qui était « la sœur » des criminels et des vipères et qu’en ce qui la concernait, elle n’était en aucun cas la sœur de sa mère.

Elle fut conduite dans une cellule sombre et puante par un policier. Une fois là, il lui dit :


- "Je vais t’enfermer ici avec les rats toute la nuit !"



Magda répondit:



- "Je considère que les rats valent mieux que votre société, cette société de criminels, ils ont plus de noblesse que vous tous réunis; et passer une nuit dans ce cachot vaut mieux que passer une nuit dans le Palais Présidentiel en tant qu’invitée de ma tante meurtrière ! Et je vous préviens encore une fois, s’il devait arriver quoi que ce soit au Docteur Dahesh, 15 personnes seront tuées demain!"



Et ils revinrent pour la frapper et l’un d’eux dit :

-
"Dahesh n’est rien d’autre qu’un sale vaurien !"



Et Madga répondit:



- "Nettoyez votre bouche — vous et ceux de votre espèce — avant de prononcer Le Nom sacré de Dahesh. Car vous êtes tous criminels, vous persécutez cet homme comme l’on fait vos ancêtres en persécutant Moise, Jésus, et Mohammed, et tous les autres Prophètes." 



Elle était en train de prononcer ces paroles quand un des policiers lui fit face et lui dit : 


- "Elle est sa sœur; par contre, toi, qui es-tu?"

Alors ils l’accablèrent d’insultes.



Madga répondit:



- "Votre infamie est telle que vous ne pouvez même pas percevoir en pensée la notion de noblesse. Votre vilenie est si grande que vous ne pouvez imaginer quelqu’un capable de défendre la cause de la justice et la cause d’un homme innocent qui a été la victime d’une lâche et oppressive persécution ; c’est une défense qui est dénuée de toute vile considération."

Et après plusieurs appels téléphoniques ça et là, certains adressés au Palais Présidentiel, ils les laissèrent partir et ils laissèrent leur conducteur - qui était accompagné d’un de ses amis - s’en occuper de nouveau.

Madga demanda au conducteur de les conduire jusqu’à la ville de Jounieh, il refusa — à la place — il les mena de nouveau à la résidence des Haddad qui était encerclée par les soldats. Elle supplia le conducteur, mais il ne céda pas. Il continua à conduire la voiture jusqu’à ce qu’ils atteignent les officiers de justice et il s’arrêta, refusant d’aller plus loin. 



Magda lui dit alors:

"Allez dans la maison avec Antoinette, là-bas elle vous paiera."



Il refusa, soutenu par son ami. Elle eut beau essayer de leur parler pour le convaincre, ses paroles tombèrent dans l’oreille d’un sourd. Quatre soldats s’approchèrent d’eux, et c’est alors qu’elle décida soudainement de partir en courant, afin de trouver une voiture qui voudrait bien la conduire jusqu’à Jounieh.



Et la route jusqu’à Jounieh sembla longue, longue . Et les pensées affluaient dans son esprit…

"Qu’ont-ils pu bien faire au Prophète Bien-Aimé? Ces criminels qui l’ont assailli dans les escaliers ! A-t-il été blessé? Il a certainement dû être meurtri. La punition qui les attend ne sera jamais suffisante face aux calamités qui vont leur arriver."

Madga se sentit désarmée et elle avait à l’esprit cette image du Prophète, blessé et malade. Elle éprouva le désir violent de déchirer son propre corps avec ses ongles, et elle espéra que des boules de feu tomberaient du ciel et engloutiraient Beyrouth et l’incinèreraient elle aussi.

Mais elle devait néanmoins se rendre à la maison du Docteur Georges Khabsa mais malheureusement elle n’avait pas son adresse. En dépit de cela, une chose incroyable arriva : La voiture, en essayant de s’arrêter pour demander sa route était arrivée juste devant la résidence de Khabsa!



Madga était en réalité épuisée et elle pouvait à peine marcher jusqu’à la maison. Une fois arrivée (encore une fois selon ce qu’elle a écrit dans son journal), elle retrouva ses forces en buvant du vin délicat avec le Docteur Khabsa et sa femme Odette.
Ensuite, ils montèrent tous dans la voiture du Docteur Khabsa pour se rendre à la résidence de Mr. Edward Noon à Aaley — ils arrivèrent à 2h30 du matin le 10 septembre 1944.

Docteur Khabsa réveilla Mr. Noon qui s’habilla. Et à 3H00 du matin ils se rendirent tous à la maison de Fou'aad El Khoury, le frère de Bechara El Khoury. 



Madga se chargea de livrer à Fou'aad un message verbal destiné à Bechara:


-"S’il ne rend pas la liberté au Docteur Dahesh, des calamités sans nom s’abattront sur lui et sa famille."


Et Magda ajouta également:


- "Ils proclament que le Docteur Dahesh fréquente les femmes de la nuit. Même si ce qu’ils affirment était vrai, Bechara El Khoury serait le premier concerné par ces femmes de la nuit qui constituent une partie de sa propre famille. "

Last edited by Astrid; 08-31-2009 at 11:29 AM.
Reply With Quote
Reply

Thread Tools
Display Modes

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off

Forum Jump


All times are GMT -4. The time now is 03:16 PM.


Powered by vBulletin® Version 3.8.5
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd.
Copyright © 2006 - 2017 by StudioView Interactive, LLC.